Flâneries

Les hôtels comme buts de flânerie

« Me voici de nouveau en cure à Châtel-Guyon.
Je suis descendu au Splendid Hôtel. Il est splendide. »
Guy de Maupassant (carte postale probablement apocryphe à ses cousins)

image entete

Ils sont grands, ils sont beaux, ils ont été conçus pour accueillir des gens de passage en grand nombre. On trouve des hôtels partout, dans toutes les villes, les lieux touristiques, les bords de mer, la moindre sous-préfecture. Mais vous l'aurez deviné si vous fréquentez ce site régulièrement, notre préférence va aux hôtels des stations thermales, temples de luxe, calme et voluptés propices au bien-être tant recherché par tout Accro du peignoir, en flânerie ou non.

Dans ces lieux de séjour occasionnel (quoique fréquent dès lors que l'on revêt l'indispensable panoplie à bouclette), les hôtels, du moins ceux qui datent de la Grande Époque ou de la Belle Époque , se parent de tous les attributs du confort et de la majesté. Ce n'est pas pour rien qu'ils se font appeler Grand Hôtel, Majestic ou Trianon, ou qu'ils se targuent du titre de château, domaine, pavillon... Ces appellations à elles seules laissent entrevoir la promesse de force caryatides, corniches et balcons, de tourelles et échauguettes à foison, de décors de façade à volonté.

Hôtels

Cliquez sur la photo pour faire défiler le diaporama

Notre top 5 des plus beaux hôtels :

1. Grand Hôtel et Majestic Palace à Royat
2. Splendid Hôtel à Châtel-Guyon
3. Sarciron Rainaldy au Mont-Dore
4. Grand Hôtel à Evaux-les-Bains
5. Résidence Métropole, ancien Grand Hôtel à La Bourboule

Tout compte fait, nous avons un petit remords (ce qui est très mauvais pour le bien-être). En voici donc trois de plus, qui ont le mérite, en plus de leur architecture remarquable, d'être encore en mesure de vous accueillir lors de votre séjour :

6. Montespan-Talleyrand à Bourbon-l'Archambault
7. Hôtel Saint-Mart à Royat
8. Hôtel Helvie à Vals-les-Bains

Variante : la flânerie en pantoufles

Proche de la flânerie en tongs dans ses principes - notamment ceux du rythme lent, de la rêverie et le l'exercice contemplatif - la flânerie en pantoufles se pratique principalement à l'intérieur les grands hôtels de luxe, où la visite des salons, des couloirs, des escaliers, des petits salons et autres salles de réception et du (très prisé des Accros) espace spa-bien-être occupera facilement une demi-journée, voire une journée entière si l'hôtel est équipé d'un restaurant.

Tout à fait recommandée pour les jours de mauvais temps ou pour les périodes d'humeur paresseuse, cette variante présente un avantage considérable : on peut tout à fait la pratiquer en peignoir d'intérieur. À essayer d'urgence si vous n'êtes pas encore pratiquant !

Et ensuite ?

Habillez-vous ! Il est temps de découvrir l'un des bâtiments les plus emblématiques de la flânerie : nous vous emmenons à l'opérAAAAAAAAAAAAA

Quand les hôtels se font palaces

Les hôtels sont parfois de beaux édifices. Mais dans les stations thermales, qui se sont développées grâce à une clientèle richissime, les architectes se sont surpassés, donnant naissance à des palaces flamboyants. Ceux des villes d'eaux du Massif central se prêteront à quelques flâneries captivantes...

Ancien Grand Hôtel et Majestic Palace à Royat-Chamalières

C'est d'abord le Majestic que l'on remarque, avec ses spectaculaires façades de brique émaillée, tout en contrastes vert foncé et blanc, au décor d'une grande énergie.

L'Hôtel Continental à Châtel-Guyon

Construit en 1900 par l'architecte Driffort, sur le terrain de l'ancien casino. Il occupe une situation exceptionnelle, sur la partie la plus élevée de Châtel-Guyon, à 430 m d'altitude.

Le Sarciron au Mont-Dore

Initialement construit en 1806, le vieil hôtel Chabaury a subi pas moins de sept agrandissements ou aménagements successifs entre 1883 et 1907, avec par exemple en 1893 la construction d'un édifice de huit travées sur sept niveaux, l'ajout en 1896 de trois travées accolées au premier bâtiment, l'aménagement d'un jardin d'hiver deux ans plus tard...

Grand Hôtel d'Evaux-les-Bains

Dès sa construction, cet ensemble thermal concentre les fonctions de soins et d'hébergement. Entre 1838 et 1847, on construit l'établissement thermal à l'emplacement des « Bains d'en-bas ». Puis l'aile nord est ajoutée en 1900.

Résidence Métropole - ancien Grand Hôtel de La Bourboule

Le Grand Hôtel de La Bourboule fut construit de 1891 à 1895. On n'a pas gardé la mémoire de son architecte, qui pourrait être le Clermontois Jean-Joseph Teillard.

Petits hôtels en activité

A ces palaces monumentaux qui, pour la plupart, sont devenus des résidences d'habitation, nous sommes tentés d'ajouter quelques établissements plus modestes, mais ayant gardé leur fonction première et qui valent le détour lors d'une flânerie en tongs non statique.