Une histoire bien courte

Une histoire bien courte

C'est donc à cette époque que la gare de Néris est enfin construite : à 348 mètres d'altitude, au point kilométrique (PK) 335,387. Mise en service en 1932, elle est la dernière gare à vocation spécifiquement thermale réalisée en France.

Elle est construite entre 1929 et 1931 par l'architecte Louis Brachet (1877-1968), élève de Charles Genuys qui fut architecte en chef des Monuments historiques. Louis Brachet fut en 1923, avec ses collègues Henri Sauvage, Hector Guimard, Joachim Girard, Pierre Sézille, Tony Selmersheim et Frantz Jourdain, un des cofondateurs de la Société des Architectes modernes. Il est surtout connu comme architecte de plusieurs gares de la Ligne de Sceaux comme Gentilly, Massy-Palaiseau ou la gare de la Cité universitaire, déjà commanditées par Compagnie du Paris-Orléans.

La construction de la gare est attribuée à l'entreprise Léauté d'Étampes, le principal fournisseur de pierres de taille étant l'entreprise Payard de Vallon-en-Sully. Les travaux débutent au mois d'août 1929. L'objectif est de mettre en service la gare et la ligne pour l'ouverture de la saison thermale, mais un retard de livraison des pierres de taille fait que les travaux de la gare ne sont pas terminés lors de sa mise en service, le 15 mai 1931, jour d'ouverture de la ligne. Hormis un peu de couverture, les travaux restants concernent l'intérieur du bâtiment (peinture, menuiserie...), qui seront terminés le 5 mai 1931.

La gare dispose de deux quais latéraux, avec une verrière pour protéger celui du bâtiment et un abri sur l'autre. La ligne est à voie unique, le croisement s'effectue notamment dans cette gare qui possède deux voies à quai et la particularité d'une troisième voie centrale.

L'ouverture de la ligne correspond à une mauvaise période pour la station thermale : le nombre de curistes baisse d'environ un millier entre 1930 et 1940. C'est une des raisons de la non-rentabilité du service voyageurs, qui est fermé le 15 mai 1939, seulement huit années après son ouverture.

Néanmoins la gare continue à recevoir des trains voyageurs, le service voyageurs étant rouvert en 1941 et 1942 pendant la saison. Des voitures de l'express de Paris continueront à la desservir pendant la saison thermale jusqu'en 1957. Il circulera encore des trains de marchandises sur la ligne, entre Gouttières et Montluçon, jusqu'en 1969.

La ligne est déclassée en 1972, la gare est rachetée par la commune en 1975 après la dépose des rails.